Retour vers le Glossaire

Pilier :

Un pilier est une structure verticale dont le plan a une forme quelconque. On parle par exemple de pilier cruciforme ou carré. Si ce plan est un cercle, on utilisera plutôt le terme de colonne. Cependant, dans l’architecture monumentale, qu’elle soit gothique, renaissance ou baroque,  on utilise parfois le terme de pilier cylindrique pour désigner une colonne très large, haute et massive qui ne comporte pas les caractéristiques de la colonne antique (c.à.d. un fût cannelé, un chapiteau etc..).

Pour les autres formes, tout comme la colonne, le pilier peut avoir une base et un chapiteau. Voir exemple ci-dessous.

Piliers avec bases et chapiteaux – Cathédrale Saint-Louis de Versailles

Enfin, le mot pile est synonyme de pilier, même s’il est plutôt réservé pour désigner des supports très massifs et imposants comme par exemple la pile d’un pont ou d’une autoroute.


Les différents types de piliers

Le pilier engagé : se dit d’un pilier en partie enfoncée dans un mur. Cependant il ne faut pas le confondre avec le pilastre qui est un élément purement décoratif – voir définition.

Pilier composite, engagé au niveau du chevet Sud de Notre-Dame de Chartres

Le pilier flanqué de pilastres : Il s’agit d’un pilier de plan généralement rectangulaire, flanqué de pilastres. On le retrouve dans de nombreux édifices classiques et baroques.

La nef de Saint-Louis-des-Invalides

Le pilier composé : Il est composé d’un noyau entouré, cantonné ou flanqué de colonnes ou colonnettes.

  • on utilisera le terme entouré pour décrire un noyau contre lequel des colonnes sont simplement adossées, voir l’exemple ci-dessous à droite du pilier des Anges à Strasbourg.
  • on utilisera le terme flanqué pour décrire des colonnes engagées sur les côtés du noyau. Si le noyau est un cylindre, on utilisera le terme flanqué pour décrire des colonnes engagées qui recouvrent la plus grande partie du noyau. Voir l’exemple de la Cathédrale de l’incarnation de Grenade, Espagne – plus bas.
  • on utilisera le terme cantonné pour décrire des colonnes engagées aux coins du noyau. Si le noyau est un cylindre, on utilisera le terme cantonné pour décrire le cas de 4 colonnettes engagées qui recouvrent une petite partie du noyau et semblent ainsi former 4 coins. Voir exemple ci-dessous à gauche de la Temple Church à Londres.
Cathédrale de l’incarnation – les immenses piliers sont flanqués de colonnes corinthiennes elles-mêmes engagées dans des pilastres. Renaissance du XVIe siècle.

Le pilier fasciculé : Il s’agit d’un pilier dont la surface est constitué d’un faisceau de colonnettes. On retrouve typiquement ce type de piliers dans l’architecture gothique “classique” au niveau de la croisée du transept. A cet endroit,  l’espace est très ouvert et les voûtes atteignent leur portée maximale; très larges il faut de puissants piliers pour soutenir leur charge. Les constructeurs du 13e siècle ornaient ainsi ces larges piliers de fines colonnettes afin de leur donner une silhouette plus élancée.

Ci dessous, les 4 piliers fasciculés de la croisée du transept de Notre-Dame de Laon qui portent, en plus des voûtes, la tour-lanterne coiffant l’édifice.

Croisée du transept de Notre-Dame de Laon

Ci-dessous, la Cathédrale Saint-Étienne de Meaux (style rayonnant) où l’ensemble des piliers de la nef sont fasciculés :

Cathédrale Saint-Étienne de Meaux
Cathédrale Saint-Étienne de Meaux

Le pilier ondulé : son plan est formé alternativement de courbes concaves et convexes. Le pilier reprend les formes d’un pilier composite qui serait flanqué de colonnes très engagés sur toute la hauteur et sans aucun chapiteau ou base. On peut voir ci-dessous que le style dépouillé et léger de ce type de piliers, typique du gothique flamboyant français, contraste avec toute la complexité des nervures aux voûtes.

Piliers ondulés – typique du style gothique flamboyant – de l’église Saint-Gervais-Saint-Protais

Le pilier contemporain : dans les constructions modernes, le pilier de section rectangulaire qui a un but purement structurel est souvent appelé poteau. Dans les années 1920, Le Corbusier parlait déjà de “structures poteaux-dalles”.

poteaux d'un parking
poteaux d’un parking

 

Retour vers le glossaire
Author

Passionné d'Archi et de Réseau